Diversité culturelle au Québec, vraiment?

Il y a quelques semaines, dans le cadre de mon travail, j'ai eu le privilège de participer à une table ronde sur un sujet qui m'interpelle particulièrement: comment informer la population sur l'histoire des noirs, mais plus important encore, comment développer un programme de mentorat pour permettre aux plus jeunes d'avoir un encadrement, et ainsi  avancer dans leur propre cheminement de carrière.

C'était en Virginie, aux Etats-Unis.

Mais nous ne sommes pas aux USA! Nous sommes au Canada, au Québec. La réalité est différente, notre histoire est différente, nos besoins sont différents. À travers mes conversations avec mes collègues américains, il était flagrant pour moi que l'expérience « noire » était différente. Mais ou en sommes-nous réellement en tant que société?

On parle souvent de parité hommes-femmes au sein des différents paliers de gouvernement et il est évident que les efforts sont mis pour que nous puissions la maintenir. Mais qu'en est-il de la représentativité culturelle? En tant que société, sommes nous déjà satisfait de ce qui nous est présenté en terme de diversité, qui fait en sorte que ce flambeau ne nécessite pas d'être briguer? Dans le milieu artistique, il est malheureusement clair que ce manque de diversité est encore plus apparent, puisque des faux pas tel que le défilé de la St-Jean en 2017, ou la controverse en lien avec le manque de diversité pour la promo du 375e de Montréal en 2016 n'auraient jamais eu lieu.

Dans le monde corporatif, ce n'est pas moins difficile de se tailler une place. Dans ce monde hiérarchisé, trop souvent encore, une personne noire en position d'autorité se fait méprendre pour son propre employé! Imaginez lorsque c'est une femme de surcroit! Alors là!

Pour ma part, en tant que femme noire, ce désintérêt parfois subtile mais très perceptible à mon égard me dit que, nous aussi, au Québec, avons encore beaucoup de travail à faire.

Alors comment changer cela? Et comment est-ce que nos alliés peuvent contribuer et être acteurs dans ce changement de mentalité, changement du visage québécois?

Aujourd'hui, j'ai la chance de pouvoir prendre la parole à travers ce blogue qui prône la diversité culturelle autant que la diversité corporelle! Je pense que le fait d'en parler, de continuellement en parler, aidera à faire changer les perceptions, les préjugés. J'ai à peine effleurer la surface de ce que je vit au quotidien, mais je comprends que c'est à moi qu'il incombe de prendre cette place et de parler haut et fort de toutes injustices!

Plus j'en apprends sur mes propres racines, plus je m'approprie mon histoire, l'extraordinaire comme le moins glorieux. Mais une chose reste indéniable: c'est ce  désir d'informer et de partager toutes les richesses de mon histoire, et que dans mes veines circule le sang de mes ancêtres qui ont combattu pour faire de mon pays d'origine la première république fondée par des anciens esclaves! Et cette fierté, personne ne pourra me l'enlever!


Vous aimerez aussi:

Pourquoi je me dois de dénoncer l’appropriation culturelle Le mouvement d'acceptation des cheveux chez la femme noire 5 trucs pour être féministe et bien défendre les droits des femmes
Pascale Lavache cheveux Femme cheveux rose

 

Ailleurs sur le Web