J'étais supposée vous parler de plein de trucs, mais maintenant, ils me paraissent tous futiles...

J'étais supposée parler dans cet article du Mois de l'histoire des Noirs qui s’est terminé il y a quelques semaines. Un mois rempli d’activités informatives, enrichissantes et amusantes. J'étais supposée vous dire que le mois s’est terminé avec la quatrième édition du Gala Dynastie, ce gala qui récompense les talents de la communauté noire qui essaie tant bien que mal de se faire une place dans cette société et qui arrive à créer de beaux modèles pour la relève.

J'étais supposée discuter aussi de la Journée internationale des femmes, journée importante où on souligne l’avancement des femmes dans le monde et qu'on célèbre celles qui, malgré les difficultés, arrivent à briser le plafond de verre et à trouver des moyens pour atteindre l'égalité totale en termes de droits. 

En tant que femme noire, j'étais supposée vous jaser du superbe Salon International de la Femme Noire qui aura lieu pour une 3e édition cette année (s'il a toujours lieu...), qui met en avant-plan un éventail de femmes entrepreneures qui nous présentent leurs produits et services. Toutes ces femmes qui travaillent d’arrache-pied pour faire connaître leur offre et passion, de la communauté pour la communauté.

Sarah Jane Faustin

J'étais supposée parler du mouvement #metoo, qui a récemment connu un dénouement extrêmement soulageant avec l’annonce de la condamnation de Harvey Weinstein. Cette décision de la cour est une réelle victoire, non seulement pour les victimes de cet homme si vil, mais elle permettra, je l'espère, à donner une voix à toutes ces femmes qui se sont tues à cause de la peur et de la honte. Aujourd'hui, elles peuvent se lever et dénoncer haut et fort parce qu'elles ne sont pas seules, une horde de femmes sont derrière elles! Comme disait la défunte Maya Angelou : « Chaque fois qu’une femme se défend, sans le savoir, sans le revendiquer, elle défend toutes les femmes ».

J'étais supposée parler de tout ça. Mais aujourd’hui, tout ça me semble futile.

Aujourd'hui, en fin mars 2020, il n’y a qu'une seule chose d'importante : nous devons tous nous allier les uns avec les autres pour combattre ce virus.

Parce que cet épisode malheureux et historique que nous vivons, il touche tout le monde, peu importe notre sexe, notre ethnicité, notre genre, notre religion ou notre statut social. Parce que toutes ces fictions que nous avons visionnées et qui semblaient inimaginables sont en train de se réaliser. Devant cette adversité, nous devons faire front commun pour gagner la bataille.

mains

GoodStudio/Shutterstock