Je suis une maman comblée, mais...

Il est 6h30, mes yeux s’ouvrent aux sons de mes deux enfants qui sautent sur mon lit, ma journée commence. J’ai à peine le pied hors du lit que l’une veut des céréales, l’autre veut mousser le lait de mon café. L’une échappe sa toast par terre, l’autre veut voir la photo que je regarde sur mon téléphone et le tire de mes mains. Je les amène dans la douche avec moi pour accélérer la routine et elles jouent dans mon maquillage pendant que je me prépare. Ce sera comme ça. Toute. La. Journée.

Que l’on se comprenne bien, j’ai toujours voulu être mère. D’aussi loin que je me souvienne, je chérissais l’image de mon futur portrait de famille et l’idée d’élever de nombreux enfants. Aussitôt prête à devenir maman, je suis tombée enceinte rapidement et sans complications.

Jessica Bessette bedaine enceinte

Jessica Bessette

#MèreÀBoutte

C’est une chance dont je suis pleinement consciente et j’essaie de ne jamais oublier à quel point je suis choyée de tenir ce rôle chaque jour. Toutefois, ce serait un mensonge de vous dire qu’être maman à la maison n’est que bonheur et confettis.

Bien honnêtement, il m’arrive de comprendre et de m’identifier au mouvement collectif des « mères à boutte ». Oui, il m’arrive de me sentir « à boutte » de donner l'entièreté de mon énergie à mes enfants, sans compter toute la charge mentale qui vient avec mon rôle de mère. Oui, il m’arrive de serrer les dents pour contenir tout l’épuisement accumulé à l’intérieur de moi. Et oui, il m’arrive de me coucher peu fière de la mère que je suis.

Jessica Bessette et ses filles

Jessica Bessette

Au quotidien, je prends souvent de grandes respirations pour retrouver ma patience et pour continuer de répondre aux demandes infinies de mes filles. Souvent, je suis « à boutte » de faire passer les besoins de tous avant les miens.

La réalité, c’est qu’il m’arrive même d’envier les gens qui n’ont pas d’enfant ou d’être nostalgique de ma vie d’avant, quand j’avais seulement ma propre personne à gérer.

La réalité, c'est que je suis parfois « à boutte » du bordel constant et de ne jamais arriver à avoir une maison Pinterest, et oui, ça me rend parfois jalouse des décors des autres.

La réalité, c’est que ma vie n’est plus aussi spontanée qu’avant. Que de faire garder deux enfants, ça se planifie et qu’il m’arrive d’être un peu « à boutte » du quotidien répétitif de ma vie.

La réalité, c’est aussi que mon projet d’avoir une grande famille est sur pause pour me laisser le temps de reprendre mon souffle...

Jessica Bessette pensive

Jessica Bessette

#MèreComblée

La maternité, c’est intense et parfois difficile, mais la plus grande réalité c’est qu’à chaque jour, mes filles et moi vivons ensemble des moments qui me saisissent d’un amour qui coupe le souffle.

J’aime être avec elles, j’aime leurs blagues, leurs rires et leurs anecdotes. J’aime être au cœur de leurs apprentissages et les connaître par cœur.

La réalité, c’est que je les aime tellement que ça me fait mal et que leurs arrivées dans ma vie m’ont submergé de bonheur.

Définitivement, je suis bien plus souvent une mère comblée qu’une « mère à boutte », surtout si on compte les heures durant lesquelles elles sont endormies. ;)

Jessica Bessette et sa fille Mila

Jessica Bessette