La beauté au temps du coronavirus : bonjour repousse et linge mou, adieu maquillage et brassière

L'autre jour, pendant que les clients des grandes surfaces s’arrachaient le papier de toilette des mains comme si c'était le bien le plus précieux au monde, ma réflexion face à la situation de la COVID-19 était tout autre. Je me suis dit : Adieu la coquetterie et la routine beauté au temps du coronavirus. À la revoyure. Tu vas nous manquer! Ce n'est qu'un au revoir...

Parce qu'on rit, mais c'est aussi ça la vie. Notre quotidien est habituellement régi dans une certaine mesure par l'apparence. C'est cave, mais c'est ça. Mon sentiment personnel est doux et amer. Dans un sens, j'accueille le break de nunucheries avec joie. D'un autre, je trouve ça vraiment surréel de me sentir comme ma grand-mère dans le temps de la guerre. 

Fille pas arrangée

OscarMahecha/Shutterstock

Et tout d'un coup, on réalise qu'on ne va pas vraiment manquer de papier hygiénique, mais que notre coiffeuse ne peut pas nous couper le toupet via Facetime. Même si les salons de coiffure ne sont pas achalandés comme un souper-spectacle 4 services dans une cabane à sucre, on risque de manquer notre prochain rendez-vous chez nos anges gardiennes de la beauté, pour ne pas dire quelques-uns...

Les cheveux blancs et les repousses au temps du coronavirus

Comment vais-je faire pour cacher ma repousse dans plus d'un mois si la crise est aussi sérieuse qu’on le présage? Heureusement, je suis allée chez ma coiffeuse il y a quelques jours à peine. Même si je prenais le risque d'y retourner dans une semaine, ça ne changera rien. C'est futile. Les longues repousses seront TRÈS tendance cette saison. C'est ma prédiction mode beauté. 

On ne sait pas ce qui va arriver, la situation évolue d'heure en heure. S’il fallait qu’on reste bien en sécurité chez nous durant des semaines, voire des mois, comment allons-nous dealer avec notre routine beauté?

La réponse : On va s’adapter et vivre avec le fait qu’on n’a aucune routine beauté, qu’on a le poil qui repousse, qu’on vient de finir notre petit pot de crème précieuse, qu’on a trois pouces de cheveux blancs à la racine et que notre roux tire sur le blond...

Repousse cheveux gris

Elgub/Shutterstock

La vérité est qu’on s’en contre fiche.

On devrait surtout se préoccuper de la santé physique et mentale des travailleurs du réseau de la santé, qui vont bientôt se donner corps et âme sans chialer. Ou peut-être en braillant dans un coin de corridor en cachette entre deux patients...

2020 sera assurément l’année du linge mou

Avec de nombreux travailleurs qui vont en avoir pendant un bout à travailler en pyjama devant leur ordi, les gens qui se lèvent 2 heures plus tôt pour se faire une mise en plis quotidienne alors que des centaines ou des milliers de personnes seront en péril de mourir des conséquences de cette pandémie semblent soudainement bien insignifiant comme geste pour débuter la journée.

Certains vivront une situation financière précaire, gardez ça en tête la prochaine fois que vous vous sentirez mal de ressembler à la chienne à Jacques.

Pas de chienne-à-Jacques-shaming. Deal? Deal. 

Femme dans salon

Tatyana Aksenova/Shutterstock

Bien sûr, certaines personnes prendront un moment de self care pour se traiter aux petits oignons en prenant un bain de pieds en vue de l’été quand elles prendront un peu de vitamine D sur leur balcon. C’est bien correct. Rendu-là, la corne au pied est *presque* une notion médicale, mettons…

Finie la pression de mettre une brassière le matin! Finie la ligne d'eyeliner pour se faire des petits yeux de chat avant de sortir dans un événement trendy.

On va se débrouiller avec ce qu’on a. On est capables. On est agiles. On est débrouillardes. On est belles au naturel. Voilà une occasion socialement acceptable et rentable de changer notre regard au lieu de changer de garde-robe.

femme sans maquillage

Rus Limon/Shutterstock

 

Pour tout lire sur la COVID-19, c'est ici.

 

Pour revenir à la course contre la montre de nos repousses grises, plusieurs se tourneront vers les teintures de pharmacies (on croise les doigts pour vous que tout se passe bien #lolilol), d’autres auront la chance d’avoir une coloc coiffeuse. #béniesdesdieux

La vérité est que je ne sais pas du tout quand je retournerai sur la chaise réconfortante de ma coiffeuse adorée, et que quand on se reverra, on aura beaucoup de choses à se raconter... Après tout, ces travailleuses sont souvent mi-psychologues, mi-déesses. 

Au pire, si on trouve qu'on fait trop dur, on s'y rendra en portant la casquette. Kin, un autre problème de régler.

Et même si on apprécie les occasions de coquetterie, je pense que cette situation exceptionnelle va nous aider à relativiser notre charge mentale beauté.

Femme pressée maquillage auto

ADfoto/Shutterstock

Et vous, ça vous dirait de prendre ça plutôt relax au fil des prochains temps?

Adieu la coquetterie et la routine beauté au temps du coronavirus! Bonjour les repousses et les journées en linge mou sans brassière. Libération ou sacrifice pour la nation? Seulement le temps nous le dira.

Pas de brassière covid

Look du jour

D'ici là, continuez de vous laver les cheveux de temps en temps, mais surtout, mettez vos efforts sur le lavage de mains et sur la distanciation sociale.

Comme ça, plus vite cette crise mondiale de santé publique sera sous contrôle, et plus vite nos cheveux retrouveront leur brillance après une émulsion faite par une pro.

En espérant que ça ne dure pas trop, car il va bientôt me manquer de sérum hydratant...

Si ce n’est pas une raison pour que tu propage l'info, pas le virus, ça, je ne sais bien pas ce qui va te convaincre de prendre la situation au sérieux. 

Coronavirus - bannière 400x200