4 troubles qui peuvent affecter le sommeil, autre que l'insomnie

Les troubles du sommeil sont très fréquents dans la population. En effet, presque tout le monde éprouve, à l'occasion, de la difficulté à dormir ou a l'impression de se réveiller en n'ayant pas suffisamment dormi.

S’il s’agit souvent d'insomnie, il existe plusieurs autres troubles du sommeil qui peuvent en diminuer la qualité. On vous présente ici 4 de ces troubles qui peuvent affecter le sommeil.

1. L'apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un des troubles du sommeil les plus connus. Cette condition se caractérise par des arrêts respiratoires de quelques secondes durant le sommeil, qui peuvent survenir plusieurs fois par heure.

L’apnée peut être causée par une obstruction des voies aériennes,  parce que le cerveau n’envoie pas de signaux nerveux aux muscles en charge de la respiration ou une combinaison des deux.

Ces arrêts respiratoires entraînent un travail supplémentaire pour le coeur ainsi que des réveils fréquents chez les gens qui en sont atteints. Les personnes qui en souffrent éprouvent souvent de la fatigue durant le jour, des maux de tête, des problèmes de mémoire ainsi que des ronflements.

Personne dans un lit avec un oreiller sur le visage

tommaso79/Shutterstock

À long terme, lorsqu'elle n'est pas traitée, l'apnée du sommeil peut entraîner des complications telles que l'hypertension artérielle et des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Si vous pensez souffrir d’apnée du sommeil, n'hésitez pas à en parler avec votre médecin. Des tests permettent de trouver les causes de l’apnée et de poser un diagnostic précis en vue de traiter et contrôler cette condition.

2. La narcolepsie

La narcolepsie, moins fréquente, est une maladie qui touche le système nerveux. Les gens qui en sont atteints souffrent d’accès subits de sommeil incontrôlables durant la journée et ce, à n'importe quel moment : durant une conversation, au volant, en mangeant, etc. On ne connaît pas les causes de la narcolepsie, bien que le facteur héréditaire semble être en cause.

Personne qui s'endort sur une table

Arun Sharma/Unsplash

Avec la narcolepsie, d'autres problèmes liés au sommeil peuvent survenir. Par exemple, la personne atteinte peut ressentir une paralysie de ses membres quelques secondes au réveil ou avant de s’endormir. Elle peut aussi avoir des rêves intenses qui continuent quelques instants après le réveil. On parle alors d’hallucinations hypnagogiques.

Il n'existe pas de traitement pour guérir la narcolepsie. Néanmoins, certains médicaments peuvent atténuer les symptômes et parfois même les contrôler complètement.

3. Le syndrome des jambes sans repos

Il s’agit d’un inconfort ressenti dans les membres inférieurs qui entraîne une envie irrépressible de bouger les jambes, principalement lorsque la personne est au repos.

Cet inconfort peut se traduire par de la douleur, des sensations désagréables, des fourmillements ou des picotements. Le fait de bouger les membres inférieurs entraîne du soulagement.

Femme couchée avec les jambes dans les airs

Anh Nguyen/Unsplash

Cette envie est davantage ressentie au cours de la nuit ou en soirée et peut causer des difficultés à trouver le sommeil ou des réveils fréquents.

Les causes peuvent être héréditaires ou être dues à un manque de dopamine, causé par une insuffisance en fer, en acide folique ou en vitamine B12. Le diabète et l'hyperactivité peuvent aussi entraîner ce syndrome.

On peut contrôler ou éliminer ce syndrome en soulageant les causes, lorsque qu'il est dû a du diabète ou des carences par exemple. Modifier ses habitudes de vie, en évitant les excitants comme le café, l'alcool et le chocolat, en pratiquant de l'exercice physique et en gérant son stress peut aussi aider.

4. Les troubles du rythme de sommeil

Il s’agit ici d’un trouble d’ajustement au cycle jour et nuit. Concrètement, il peut y avoir une discordance entre l'horaire de sommeil de la personne et l'horloge circadienne.

On peut souffrir d'un retard de phase, c'est-à-dire qu'on ne parvient pas à se coucher tôt ou d'une avance de phase, soit un horaire plus tôt.

Par exemple, les personnes qui ont une avance de phase auront envie de se coucher très tôt, entre 18h et 21h, et seront debout à 4h ou 5h du matin. Dans les faits, ils dorment suffisamment, mais ne sont pas réglés sur le cycle jour et nuit « normal ».

Plusieurs facteurs peuvent être en cause : décalage horaire, travailler de nuit, horaires irréguliers, dysfonction de l’horloge biologique, etc.

Femme qui dort dans le jour

Zohre Nemati/Unsplash

Si vous pensez être affecté par un de ces troubles du sommeil, ou si vous avez de la difficulté à dormir, n'hésitez pas à consulter votre médecin ou une clinique du sommeil.

Des tests permettront d'obtenir un diagnostic précis ainsi que les traitements nécessaires pour contrôler ou venir à bout de ces situations.

Sources : Centre d’études avancées en médecine du sommeil (CÉAMS), Familiprix