8 bonnes raisons de s’entraîner pendant le confinement

Si on est plusieurs à avoir pris du poids, à avoir moins bien mangé et à avoir oublié de bouger lors de premier confinement, il n’est pas question de se laisser submerger à nouveau pour cette vilaine seconde vague

Aussi réels que bienvenus, les bienfaits de l’activité physique et de l’entraînement se font autant sentir sur le corps que sur le mental. Voilà qui ne peut que faire du bien à nos habitudes et nos angoisses de confiné. On dit qu’il ne faut que 21 jours pour modifier ou instaurer une habitude dans notre quotidien. Cela tombe bien, c’est environ le temps qu’il reste à cette seconde période de confinement! ;-)

Les gyms étant fermés, j’ai discuté avec Bruno Lavallée, entraîneur-chef et propriétaire de Gabba Training Online, des vertus de l’entraînement dans la vie de tous les jours ainsi qu’en ces temps incertains. Voici 8 des nombreuses bonnes raisons de bouger, notamment dans le confort de notre foyer.

Training à la maison

Sarah-Émilie Nault

1. Se sentir bien (et mieux) physiquement

Que celui qui n’a passé aucune journée complète en pyjama devant la télé lors du premier confinement jette la première pierre! On ne dira jamais assez à quel point bouger est bénéfique pour les corps ankylosés par l’inaction et l’ennui.

« Il ne faut pas oublier que le corps est fait pour bouger », explique Bruno Lavallée. « Si on ne s’en tient qu’au métro-boulot-dodo, on développe malheureusement de mauvaises habitudes. Le fait de s’entraîner nous fait sentir bien, car on est actif et comme on est actif, il s’en suit une cascade de bienfaits physiques et psychologiques. C’est un enchaînement menant tranquillement vers une meilleure énergie et, éventuellement, un mode de vie sain. »

8 bonnes raisons de s’entraîner pendant le confinement

Mirage_studio/Shutterstock

2. Diminuer le stress et l’anxiété

On a la tête pleine par tout ce qui arrive depuis les derniers mois. Il faut bouger pour – momentanément du moins – tout oublier!

« On a besoin d’avoir une décharge physique pour faire tomber le stress », dit l’entraîneur. « L’entraînement, c’est un vide-tête et c’est une manière d’évacuer le stress en nous gardant présents dans l’ici et le maintenant. Il n’y a pas meilleur moyen que l’entraînement pour faire baisser le stress et l’anxiété, car cela nous permet de décrocher de notre quotidien tout en brûlant de l’énergie. »

entrainement maison famille

Kuznetsov Dmitriy/Shutterstock

3. Sentir les bienfaits des endorphines

Gloire soit aux endorphines, ces hormones nous faisant sentir si bien! « Bien souvent, les gens vont rechercher des sensations extrêmes parce qu’on peut facilement devenir accro à l’endorphine, au même niveau que l’adrénaline. Les gens qui s’entraînent s’accrochent à cette hormone, car elle les fait se sentir bien. Comme elle est libérée lorsqu’on fait de l’activité physique, plus on en fait, plus on se sent bien. C’est une belle roue qui tourne et une bonne motivation à s’entraîner. »

training maison en couple

Jacob Lund/Shutterstock

4. Avoir une meilleure humeur et une attitude positive

On met de la musique qui nous motive quand on s’entraîne, on rit avec son entraîneur, on se donne à fond... Tout cela ne peut qu’alimenter une attitude positive, d’autant plus bienvenue en temps de pandémie.

« L’atteinte de ses objectifs – peu importe ce qu’ils sont – joue assurément sur l’humeur de manière positive », explique Bruno Lavallée. « Se rendre compte qu’on arrive à dépasser ses limites alors qu’on croyait ne pas être capable de faire tel ou tel exercice et croire de plus en plus en soi, c’est extrêmement positif et cela peut avoir des impacts dans de nombreux aspects de la vie, dont notre façon de voir ce deuxième confinement. »

Abdos à la maison

Syda Productions/Shutterstock

5. Aller au bout de soi et travailler sa résilience

Et si notre façon d’attaquer l’entraînement se faisait à l’unisson avec celle dont on devrait attaquer cette période de confinement? De front, avec force, positiviste et en se donnant comme but de vaincre peu à peu ses peurs et d’aller au bout de soi, envers et contre tous.

Ce serait la preuve que la résilience, tout comme la remise en forme d’un corps et d’un esprit fatigués, ça se travaille!

entrainement maison

StratfordProductions/Shutterstock

6. Se développer une routine qui fait du bien

« La routine, comme la structure - autant au niveau de l’entraînement, de l’alimentation que du sommeil - va faire qu’on va s’imposer une certaine rigueur », dit l’entraîneur. « Si dans la vie de tous les jours, on a une certaine rigueur, cela nous permet d’avoir une bonne base pour atteindre nos objectifs. S’habiller tous les jours, sortir prendre de l’air... Cela va faire qu’à l’intérieur de la routine du confinement, on se sentira tout de même fonctionnel. »

Bruno ajoute : « Cela va nous permettre de passer à travers la deuxième vague en étant mieux outillés que la première fois, d’en sortir avec une certaine routine qui nous fera sentir bien et qu’on aura même envie d’incorporer lors du retour à la vie normale. »

routine training fait du bien

Drazen Zigic/Shutterstock

7. Mieux dormir

Difficile de mieux dormir qu’à la fin d’une journée où on a bougé, où on s’est entraîné et où on est fatigué physiquement!

Cette bonne fatigue, physique et émotionnelle, éprouvée après l’entraînement aide assurément à glisser plus facilement vers le sommeil et à mieux dormir. 

Femme endormie

Thinkstock

8. Remplacer l’impression de perdre son temps par celle de s’être donné un but en confinement

S’il faut éviter de « vouloir tout changer en même temps », il est positif de se donner un objectif motivant et réaliste relié à l’entraînement. « Il n’y a rien de mieux que le sentiment du devoir accompli et la sensation d’être bien dans son corps et dans sa tête. Il faut que chacun trouve la raison pour laquelle il s’entraîne, son but personnel. Pas le but du voisin, ni du mari ou des amis. Son but à soi. Il ne s’agit pas ici de rentrer dans la pression sociale, mais plutôt de trouver son propre but. »

L'entraineur continue : « Cela peut être de rentrer à nouveau dans le pantalon qui ne nous fait plus ou d'avoir moins de difficulté à monter les escaliers… L’objectif n’est pas de perdre du poids pour tout le monde, ça peut être simplement de continuer à bouger, de se tonifier, de faire une activité comme la marche ou l’entraînement 3 fois par semaine, ou encore de modifier des habitudes alimentaires pendant le confinement pour se faire du bien à soi. »

femme boit eau

VH-studio/Shutterstock

Envie de vous entraîner à la maison en compagnie virtuelle de Bruno Lavallée? Rendez-vous sur le site Gabba Training Online pour des plans d’entraînement, des articles sur l’alimentation et sur l’entraînement, des plans alimentaires, des suivis personnalisés, des consultations virtuelles, des recettes et plus encore!

Bruno Lavallée

Bruno Lavallée, Gabba Training Online