Bals de finissants annulés : une transition importante qui tombe à l'eau

Il est encore difficile de prévoir tous les impacts de la pandémie de COVID-19 à moyen et à long terme, mais avec les rassemblements qui risquent d’être impossibles pendant des mois (ou peut-être des années?), plusieurs occasions importantes et symboliques ne pourront définitivement pas avoir lieu.

Et contrairement aux mariages qui peuvent être reportés, les bals de finissants, eux, tombent carrément à l’eau.

Note : toutes les images de ce billet ont été choisies avec le mot-clic #cancelledprom et montrent toutes des jeunes filles portant la robe qu'elles avaient soigneusement choisie pour un bal qui n'aura finalement pas lieu. 

Marquer la transition

Même si les écoles ouvriront à nouveau d’ici la fin de l’année scolaire, rien ne sera vraiment normal. On ne connaît pas les mesures qui seront mises en place, mais on peut prévoir par exemple des classes réduites, des horaires allégés et décalés ainsi qu’une impossibilité pour les élèves de se rassembler, par exemple sur l’heure du diner, dans les corridors ou lors des activités parascolaires.

Il faut se le dire : une certaine anxiété ambiante va probablement marquer ces quelques semaines de retour.

Avec tout le côté social et divertissant de l’école évacué, ça signifie que pour la plupart des élèves, l’idée de « bien terminer une étape » sera tout simplement absente

Et ceux qui risquent le plus d’en souffrir, ce sont ceux qui terminent un cycle cette année, que ce soit le primaire, le secondaire ou l'université. En effet, ces derniers vont perdre la notion importante de « marquer la transition ».

Et encore plus que les derniers moments à vivre à l’école, avec tout ce que cela suppose habituellement, le bal des finissants est probablement ce qui contribue le plus à marquer cette transition d'un chapitre à un autre.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Ernie Felix (@erndawg54) on

Le bal : un rite de passage important 

Le bal de finissants est plus qu’un party : c’est vraiment comme un rite de passage qui clôt et culmine un chapitre important dans une vie.

Le bal de finissants est toujours présenté comme quelque chose de tellement majeur : dans les films, dans les séries télé, dans les livres, dans le souvenir des mères qui en parlent à leurs filles avec des étoiles dans les yeux… Ça n’arrive qu’une seule fois dans la vie (pour la plupart des gens en tout cas).

Tout ceci participe définitivement à créer des attentes monstres face à cette occasion. Le bal, c’est supposé solidifier les liens (avec des amis qu’on va peut-être moins voir à partir de ce moment) et créer des souvenirs mémorables. C’est supposé être ni plus ni moins qu'une récompense après avoir passé à travers tout le secondaire et les années pas toujours faciles de l’adolescence.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Daisy Syner 🏳️‍🌈 (@petals.lynn) on

Un rêve de petite fille + la présentation d'une nouvelle image de soi

Pour beaucoup de jeunes filles (et même des gars aussi), le bal de finissants est quelque chose qui se prépare longtemps d’avance. Même les plus jeunes en parlent et y pensent parfois de nombreuses années au préalable : comment elles vont s’habiller, comment elles vont placer leurs cheveux, comment elles vont se mettre belles... Avant le bal en tant que tel, il y a souvent beaucoup de planification et surtout d’anticipation.

C’est facile de penser que l’image d’une personne est superficielle, mais ce n’est en fait pas du tout le cas, particulièrement dans le contexte du bal de finissants! Cette occasion, comme les « bals de débutante » d’une autre époque, véhicule une certaine fonction sociale : celle de présenter une nouvelle image frappante

Le bal, c’est une manière de se montrer aux autres (les parents, la famille, ses amis, les élèves de l’école, les profs et le reste du personnel) d’une manière dont ils ne nous ont jamais encore vu et complètement différente du quotidien : habillée chic, impeccablement coiffée, bien maquillée. À notre meilleur, quoi. 

Et il y a définitivement un symbole relié spécifiquement au fait de présenter cette image : celui d’affirmer au monde que ça y est, on est maintenant « grand », enfin presque adulte, prêt à commencer une autre étape, à relever de nouveaux défis et à prendre de nouvelles responsabilités.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Mindy Fleury Stahl (@mindysuestahl) on

Existe-t-il des alternatives à un bal de finissants annulé?

Comment remplacer un bal de finissants annulé? C’est presque impossible, évidemment. 

Par exemple, des élèves d’une même promotion pourraient organiser l'an prochain une soirée équivalente. Heureusement, les réseaux sociaux rendent le tout vraiment plus facile, que ce soit pour rejoindre ses anciens collègues de classe ou pour planifier l’événement. Ça permettrait en quelque sorte de fermer la boucle, de passer une dernière soirée ensemble, de porter finalement ces vêtements auxquels on avait rêvés.

Mais… Il y a tellement de mais! L’événement ne serait plus organisé par le biais de l’école. Il n’y aurait plus cette énergie presque tangible et cette impression d’excitation d’être enfin arrivé à la fin d'une grosse étape de vie. D'ailleurs, plusieurs personnes risquent de ne pas pouvoir être là (déménagement pour les études, etc.), sans parler du fait qu’un an après la fin du secondaire, on est souvent plus du tout au même point dans sa vie, ni dans le même mood de célébration.

Une autre possibilité : se préparer quand même pour la soirée et se réunir (en plus petit groupe) sur des plateformes virtuelles. C'est mieux que rien, entre autres pour se donner la possibilité de dire au revoir aux autres. Mais encore une fois, disons que ça ne semble pas tant être une alternative qui donne un véritable goût de l’expérience originale.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Kate Li 👼🏻 (@kkateli) on

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Antonio Harrison (@antoniohphotography) on

J’ai manqué mon bal… et ce n’était pas si pire que ça.

Une anecdote personnelle pour terminer : je ne suis pas allée à mon bal de finissants en secondaire 5.

Je vous explique. Le comité du bal s’était, disons, pris un peu tard pour réserver la salle, donc la date du bal s'est ramassée vraiment tard; on parle ici dans les derniers jours de juin, soit plus d’une semaine après que l’école ait été finie. Mais cet été-là, j’avais déjà prévu partir travailler dans un camp de vacances en Ontario (où travaillait aussi Justin Trudeau, mais bon ça c’est une autre histoire!). Au moment où la date du bal a été annoncée, mon contrat était déjà signé et tous les arrangements étaient pris.

Le soir dudit bal, j’étais en Ontario depuis déjà une semaine, complètement épuisée à travailler 13 heures par jour au beau milieu du bois. J’ai eu une petite pensée pour mes amis… Mais à peine, tellement ma réalité du moment était éloignée de ça - j'étais déjà passée à autre chose.

Est-ce que je l’ai regretté par après? Un petit peu, bien sûr. Mais comme je n’avais jamais eu des attentes énormes envers cette soirée (c’est juste ma personnalité, je crois), ce n’est pas quelque chose qui m’a manqué outre mesure dans ma vie.

Ce n’est vraiment pas pour minimiser la déception légitime de toutes celles et ceux qui en ce moment se font enlever cette occasion si spéciale, au contraire. Mais si jamais ça peut rassurer certaines personnes, je vous confirme que j’ai très bien survécu.

Les véritables passages finissent toujours par se faire quand même, au-delà des symboles. 

Les informations contenues dans cet article vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Bell Média ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.