Mes trucs au quotidien pour gérer mon anxiété

Dans cet article où je parle de mon diagnostic d’autisme reçu à l’âge adulte, je dis que le plus gros défi de ma vie, ça va toujours rester mon anxiété.

Au fil des ans, chaque fois que j’ai écrit là-dessus, des gens m’ont posé des questions et m'ont demandé mes trucs. J’ai pensé vous en dire plus ici.

Petit rappel : mes trucs ne seront pas nécessairement les vôtres

Je crois que c’est super important lorsqu’on parle de soi de révéler ce qui va moins bien, ce qui peut démontrer aux gens qu’ils ne sont pas seuls.

C’est arrivé souvent que des gens m’ont dit être étonnés par mon aveu d’anxiété, parce que je n’ai « pas l’air de ça » sur les réseaux sociaux (et probablement dans la vraie vie non plus), à moins qu’on me connaisse vraiment bien.

Je considère un peu que c’est ma responsabilité de montrer aux gens qu’on peut vivre avec l'anxiété en fonctionnant tout de même bien et en n’ayant « pas l’air de ça »!

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’autre jour ma grand-mère de 88 ans m’a dit que j’étais « chanceuse » d’être « restée petite », parce que beaucoup de femmes de mon âge avaient de la misère avec ça. J’ai eu... tellement honte. Ce n’est pas une critique de mon adorable grand-maman, qui a vécu dans un système patriarcal. Ça m’a juste... vraiment fait de la peine qu’elle pense ça. Et j’avais une boule dans la gorge parce que j’avais vraiment peur de donner une quelconque impression que c’est relié au mérite! Ce que j’essaie de faire ici, ce n’est pas de prendre la place des filles tailles plus et de hacker la conversation tellement importante qui ne fait que commencer sur la diversité corporelle (j’ai TELLEMENT apprécié l’article dans @lactualite_qc et j’ai été révoltée, aussi). Juste de dire que cette honte, elle me semble commune à toutes les filles dès qu’on parle de leur corps et de leur poids, dès qu’on associe des valeurs à ça. Je suis « petite » parce que : 1-je suis une personne vraiment anxieuse (je ne peux pas vous prouver le lien, mais je sais qu’il y en a un) 2-j’ai des problèmes digestifs chroniques depuis quelques années. Après une crise de quelques jours (comme c’était le cas sur cette photo), je perds temporairement du poids un peu. 3-Bien malgré moi, j’ai aussi dû éliminer des aliments parce que mon système ne les tolère tout simplement plus 4-je m’entraîne 5 fois/semaine parce que c’est ça qui marche pour calmer mon anxiété et mon insomnie et 5-bien, c’est juste ça mon métabolisme! C’est ce qui arrivé avec le temps, plutôt que quelque chose que j’ai souhaité ou cherché spécifiquement à atteindre. Ce n’est pas nécessairement non plus associé à des choses positives pour moi... Alors je voudrais simplement donner de l’amour à toutes celles « qui ont de la misère avec ça ». Je voudrais qu’elles soient capables de voir leur valeur au-delà de ça. Que la société leur en donne moins, « de la misère » et qu’on arrête d’associer la corpulence de quelqu’un à la santé, au bonheur ou à quoique ce soit. 📷par @ranyanasri ; je porte un magnifique maillot de sa collection @esmtl . 💓#produitoffert #gifted #mtlfashion #localdesigner #styleafter40 #mtlblogger

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

Mais je voudrais aussi souligner que mon témoignage, c'est ma réalité, soit celle d’une seule personne. Tous les cas sont uniques; certaines personnes vivent leur anxiété autrement.

Comme par exemple, certains prennent du poids quand ils sont anxieux, alors que moi c'est le contraire. D'ailleurs, certaines personnes n’arrivent pas à fonctionner du tout, et ils ne devraient certainement pas se sentir mal à cause de ça!

Si vous êtes anxieuse(eux), il n’y a pas d’exemple à suivre, d’idéal ni de pression à avoir; ce n’est pas une compétition! Pratiquer la bienveillance envers soi-même et reconnaître qu’on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a, c’est l'important.

1. Je ne prends pas de médication... pour l'instant.

Antidépresseurs : risques, effets secondaires, bénéficies, quand et comment arrêter

Shtuterstock

Je n’ai jamais pris de médication pour l’anxiété. C’est mon choix et ma décision (entre autres parce que les antidépresseurs semblent avoir plus d'effets indésirables sur les personnes autistes), mais ça ne veut VRAIMENT pas dire que ce devrait être le cas pour tout le monde.

Pour pallier à la médication, j'ai mis en place toute une série de stratégies et j'ai organisé ma vie autour de ça au quotidien, ce qui me rend privilégiée par rapport à plusieurs.

Je suis loin d’être anti-médication, au contraire. Je dirais plutôt que je ne suis jamais arrivée au stade où j’ai considéré que j’étais rendue là, sans autre solution possible. Mais je suis passée proche quelques fois et ça pourrait très bien m’arriver, je le sais. 

Certaines personnes ont besoin de cette médication pour fonctionner, voire même pour survivre, et elles devraient la prendre! Je voulais être claire sur le fait qu’il ne s’agit absolument pas d’un jugement ou de quoique ce soit du genre.

Chaque personne connaît sa propre limite : consultez et essayez de TOUT FAIRE si votre santé mentale ne va pas bien, incluant essayer différents médicaments. Mon idée générale, ça a toujours été de ne jamais arrêter d’essayer, jusqu’à ce que je trouve ce qui marche pour moi afin de me sentir mieux.

2. Je mange bien

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

C’est fou l’impact qu'a l'alimentation sur le mental. Et en plus, c’est une solution hyper simple et accessible!

Il y a des exceptions, mais à force de chercher, j’ai fini par trouver une manière de m’alimenter qui fonctionne pour moi... Et qui va peut-être vous étonner! Entre autres, les bons gras m’aident beaucoup, beaucoup. Disons que mon alimentation n'est vraiment pas low-fat!

Une autre chose qui va un peu à contre-courant, mais qui fonctionne pour moi : plus je mange de protéines, mieux je me sens.

Cela dit, c’est l’effet inverse avec les glucides. Alors je ne suis pas kéto, mais je sais que je dois modérer ma consommation. Deux choses directement et profondément anxiogène pour moi : le sucre et les farines blanches.

3. Je bois peu de caféine

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

Je ne bois pas de café, point. J’adore ça, mais chaque fois, ça me prend 2 jours à m’en remettre alors je m’en tiens à quelques lattés décaf par année. 

Je bois plutôt du thé vert, qui contient moins de caféine que le thé noir. Oui, je suis à ce point sensible.

4. Je bois peu d’alcool

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

Comme tout le monde, j'apprécie prendre un verre une fois de temps en temps. mais c’est vraiment rare que je dépasse un verre. Et encore, il faut que je le prenne tôt en soirée.

Sinon, c’est garanti que ça va me faire spinner dans une spirale d’anxiété et d’insomnie dont je vais avoir beaucoup de mal à me remettre.

5. Je fais beaucoup d’exercice

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

Idéalement, pour moi, il faudrait que je m'entraîne 6 fois par semaine. Mais dans la réalité ça ressemble plutôt à 4 ou 5.

Chaque fin de semaine, je pars courir pendant plus d’une heure; je ne suis pas sûre que je serais capable de bien fonctionner sans ça. L’effet que cela a sur mon anxiété est très direct et très puissant.

6. Je m’écoute

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

Quand ça fait plusieurs jours que je ne dors pas et que je suis rongée par la fatigue et l’anxiété, ça ne va absolument rien donner de bon de m’entrainer. Alors de temps en temps, je prends des breaks.

Ce n'est pas toujours évident de bien comprendre quand pousser et quand laisser aller, mais ça fait partie du processus. 

7. Je fais de la luminothérapie

La luminothérapie

vaincreladepression.org

Chaque automne, autour du temps où on change l’heure, c’est comme si je suis soudainement plongée dans les ténèbres. Alors depuis quelques années, je sors ma lampe de luminothérapie et je l’utilise presque tous les jours.

Encore une fois, c'est une solution tellement simple, mais qui donne des résultats clairs.

8. Je me fais traiter à l'acupunture

iStock/vkph

J’y vais depuis plusieurs années, durant les saisons les plus « difficiles », c’est-à-dire l’automne et l’hiver. Ça ne marche pas pour tout le monde, mais je vous jure que pendant mes traitements, je sens les endorphines se libérer à des endroits précis.

Ça me fait sentir totalement zen pendant quelques temps. C’est capoté.

9. Je passe du temps dehors chaque jour

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

C’est difficile à expliquer, mais même l’hiver, j’ai besoin de sentir le vent dans mon visage et d’être près des arbres. Ça a un effet calmant, ça remet les choses en perspective et ça fait longtemps que certaines cultures l’ont compris!

J'inclus aussi là-dedans : jouer dans la terre, m'occuper de mon jardin, de mes plantes, m'entourer de fleurs, etc.

10. Je prends des bains chauds

10 bienfaits de prendre un bain

Shutterstock

Je me suis déjà fait dire que je devrais avoir honte parce que prendre un bain tous les jours, c’est un gaspillage d’eau épouvantable. Mais c’est si thérapeutique pour moi que j'ai décidé d'en prendre tout de même et de faire des efforts ailleurs. 

Je pense que les gens qui n’ont jamais fait de l’anxiété ne comprennent pas ce fait, mais prendre un bain chaud a un côté très physique aussi. Et je sens INSTANTANÉMENT mon corps se décrisper au contact de l’eau chaude.

11. Je priorise mon sommeil

Femme qui dort paisiblement

Seb Oliver / Getty images

Le sommeil, ça a toujours été mon point faible; je me souviens avoir fait des nuits d’insomnie dès l'âge de 5 ans. Disons que ça ne s’est pas amélioré avec l’âge, avec le stress et les responsabilités qui se sont accumulées.

Prioriser son sommeil, ça veut malheureusement aussi dire de faire des affaires bien plates des fois, comme refuser certaines occasions sociales et respecter mon propre rythme, c’est-à-dire de me coucher tôt!

12. Je prends parfois des suppléments pour dormir

Santé bien cultivée supplément sommeil

biencultivee.com

Je ne prends pas d’antixolytique, mais périodiquement, j’ai vraiment besoin d’un peu d’aide pour briser un cercle vicieux d’insomnie. À l’occasion, je prends de la mélatonine, 2 ou 3 soirs de suite. J’ai aussi trouvé un supplément naturel qui fonctionne bien pour moi, sans me faire sentir un peu patraque le lendemain matin, comme le fait la mélatonine. Ça s’appelle Santé Bien Cultivée et c’est fait ici (ce n’est pas une publicité, juste un témoignage sincère).

Une fois par année environ, je m’autorise à prendre un Ativan, un seul soir. Ça marche super bien, mais ça a un potentiel d’accoutumance vraiment fou, donc prudence!

Je n’ai pas encore réussi à me procurer de l’huile de CBD. mais je compte l’essayer le plus vite possible.

13. Je travaille à la maison

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

Ce n’est vraiment pas à la portée de tout le monde, je sais. Mais dans ma vie, il y a vraiment un avant et un après ça. Ça fait toute la différence, parce que je peux faire mon propre horaire et parce que les journées où ça ne va pas, je n’ai pas besoin d’être à on quand même.

Vous avez été plusieurs à m’écrire après mon article sur l’autisme; ça me fait énormément plaisir de vous lire et de répondre à vos questions. Alors n’hésitez surtout pas!