Mieux comprendre les troubles alimentaires et trouver de l'aide

Lorsqu'on parle de troubles alimentaires, anorexie et boulimie sont les termes qui nous viennent en premier à l'esprit.

Mais ces troubles sont plus diversifiés et vont bien au-delà du simple désir de perdre du poids ou de la consommation abusive de nourriture. Il s'agit de problèmes psychologiques, et la détresse, l'anxiété ainsi que l'isolement sont bien réels.

Pour mieux comprendre les troubles alimentaires et savoir comment les prévenir, voici les principaux types de troubles, leurs causes, leurs conséquences et comment les traiter.

Qu’est-ce qu’un trouble alimentaire?

Personne sur une balance

i yunmai / Unsplash

Tenter de suivre un régime pour perdre les kilos accumulés en trop durant les Fêtes ou, au contraire, passer à travers un sac de chips le temps d'un film sont des situations qu'on a tous vécues un jour ou l'autre. Lorsque c'est occasionnel, il ne s'agit pas de troubles alimentaires.

Sur le site Web d'anorexie et boulimie Québec, on définit les troubles alimentaires comme étant « des désordres complexes, principalement caractérisés par des habitudes alimentaires anormales, une crainte intense de prendre du poids et une grande préoccupation par rapport à l’image corporelle ».

Les principaux types de troubles alimentaires

Femme dégoutée par son repas

Estrada Anton/Shutterstock

L’anorexie

L’anorexie, un des troubles les plus connus, est caractérisée par l'obsession de perdre du poids et la peur d'en prendre. Les personnes qui en souffrent vont donc limiter de façon excessive leur consommation de nourriture, jusqu'à l'arrêter complètement.

La boulimie 

La boulimie se caractérise quant à elle par le fait d’ingérer de très grandes quantités de nourriture avant de s’en purger, soit en se faisant vomir, en utilisant des laxatifs ou en faisant beaucoup d’exercice. Les personnes boulimiques visent très souvent une perte de poids, mais les contraintes alimentaires entraînent ces crises où il y a une perte de contrôle sur la quantité d'aliments consommés. Contrairement aux personnes anorexiques, les boulimiques ont un poids normal ou font de l'embonpoint.

L'hyperphagie boulimique 

L'hyperphagie boulimique rappelle un peu la boulimie, puisque les gens qui en sont atteints vont consommer de grandes quantités de nourriture rapidement et ce, même si la sensation de satiété est atteinte. Par contre, ils ne tenteront pas de se purger par la suite, comme c'est le cas pour la boulimie. L'hyperphagie boulimique conduit souvent à de l'embonpoint.

L’orthorexie

L'orthorexie se traduit par un besoin obsessif de se nourrir de façon saine et diététiquement correcte, même si la personne ne veut pas perdre de poids. Les aliments consommés sont privilégiés en fonction de leurs vertus plutôt que leur goût. En même temps, tous les aliments considérés comme « mauvais « pour la santé sont totalement exclus de l'alimentation, des produits laitiers aux charcuteries, en passant par la viande.

Le grignotage pathologique

S'il nous arrive tous de grignoter de temps à autre, le grignotage devient un trouble alimentaire lorsque l'ensemble de ces « collations » constitue une grande quantité de nourriture, en plus des repas. Le grignotage pathologique entraîne souvent un surpoids.

Quelles sont les causes des troubles alimentaires ?

troubles alimentaires anorexie

Photographee.eu/Shutterstock

De façon générale, les jeunes femmes et les adolescentes sont les plus touchées par les troubles alimentaires, bien qu'ils puissent toucher n'importe qui à n'importe quel âge.

Les troubles alimentaires seraient le résultat d'une combinaison de facteurs psychologiques, biologiques et sociaux.

Derrière les troubles alimentaires se cachent souvent une grande détresse et une mauvaise estime de soi. Une image corporelle négative est aussi souvent en cause, encouragée par les images véhiculées dans les médias et les publicités où la minceur est gage de succès et de réussite.

Les régimes alimentaires peuvent aussi être des éléments déclencheurs. Dans ces cas, l'objectif de ne perdre qu'un peu de poids devient excessif et tourne à l'obsession.

Des événements traumatisants, comme un décès, une peine d'amour, une maladie grave, un déménagement dans une nouvelle ville, une agression ou un abus peuvent également être liés au développement de troubles alimentaires.

Et il ne faut pas oublier les antécédents familiaux, l'anxiété ainsi que la dépression.

Les effets sur la santé

fille dédoublée

Thư Anh / Unsplash

Malheureusement, les troubles de l’alimentation ont des répercussions négatives sur la santé, à court et à long terme. Parmi ceux-ci, il peut y avoir :

  • des pertes de conscience;
  • une perte de cheveux accrue ou des cheveux minces;
  • l’apparition de petits poils fins sur le visage et le dos;
  • l'impression d'avoir toujours froid;
  • des problèmes digestifs;
  • des battements cardiaques irréguliers;
  • l’aménorrhée c'est-à-dire la disparition des menstruations.

Des vomissements trop fréquents peuvent aussi entraîner une inflammation de l'oesophage, des problèmes dentaires ou de gencives.

Il y a beaucoup d'impacts physiques liés aux troubles alimentaires, mais il ne faut pas négliger les conséquences psychologiques et émotionnelles qui s'y rattachent.

Les gens aux prises avec des troubles alimentaires peuvent ressentir de l'anxiété, de la dépression, de l'irritabilité, avoir l'impression d'être seuls au monde, avoir des problèmes de concentration et/ou un sommeil perturbé. De la culpabilité ou de la honte est très également souvent ressentie.

Les troubles alimentaires ont aussi des impacts sur les relations avec l’entourage, les amis et la famille. Les gens qui en souffrent auront tendance à s’isoler et à se replier sur eux-mêmes, autant pour éviter les occasions où il y aura de la nourriture que par culpabilité ou pour cacher les crises de boulimie.

Comment traiter les troubles alimentaires?

Déjeuner santé

Jannis Brandt / Unsplash

Si vous ou un de vos proches est aux prises avec un trouble du comportement alimentaire, rassurez-vous : il existe plusieurs traitements et interventions possibles pour en venir à bout.

Comme c’est souvent le cas en santé, un diagnostic précoce est important et aidera à la prise en charge du trouble. On privilégie la plupart du temps une combinaison de différentes approches : suivi médical, conseils en nutrition, psychothérapie individuelle ou en groupe, etc.

La médication peut aussi être utilisée, autant pour soulager des symptômes de dépression et d’anxiété que pour le trouble alimentaire. Dans certains cas, l’hospitalisation peut être nécessaire.

Un de mes proches est aux prises avec un trouble alimentaire, que faire?

deux personnes qui se réconfortent

Toimetaja tõlkebüroo / Unsplash

Voici quelques conseils pour lui venir en aide :

  • Faites part de votre inquiétude à cette personne, partagez avec elle des informations sur les troubles alimentaires ainsi que des groupes de soutien. Encouragez-la à consulter un professionnel de la santé.
  • Par contre, n'insistez pas et ne soyez pas surpris si la personne nie le problème. De même, évitez les discussions ou les conflits à propos de la nourriture.
  • Évitez les commentaires sur l'apparence.
  • Encouragez la personne à faire des activités non reliées à la nourriture.

Les troubles alimentaires ne se guérissent pas nécessairement rapidement. À cet égard, il faut faire preuve de patience et d'empathie, mais n'oubliez pas que, même en tant que soutien, vous n’êtes pas seul! Il est possible d’aller chercher de l'aide et du réconfort auprès de groupes d'entraide pour les proches.

Sources : Psychologies, ANEB, Hôpital Douglas