Arrêt de travail : comment ça marche et comment bien le vivre

Qu'il s'agisse d'anxiété, de dépression, d'épuisement professionnel ou de situations personnelles difficiles, il y a tout un tas de raisons qui peuvent mener à un arrêt de travail.

Qu'est-ce qu'un arrêt de travail?

Bureau avec ordinateur portable, documents et livres

freddie marriage/Unsplash

Comme le nom l'indique, il s'agit d'une période d’absence au travail, qui est soit justifiée par un trouble psychologique ou une maladie physique.

C'est le médecin qui détermine s'il doit y avoir un arrêt de travail et la durée de celui-ci. C'est également ce dernier qui pose un premier diagnostic de dépression, de burn-out ou autre, et qui remplira les formulaires et la documentation nécessaires pour l'employeur et les assurances.

Pour compenser la perte de salaire, beaucoup d'employés peuvent compter sur une assurance-invalidité fournie par l'employeur, mais ce n'est pas toujours le cas.

Accepter d'être en arrêt de travail

Femme anxieuse, mains nouées sur les genoux

boram kim/Unsplash

L'arrêt de travail peut être un soulagement pour plusieurs, mais il est aussi très souvent une source de culpabilité. La peur de mal paraître, d'être jugé par ses collègues et son entourage sont souvent ressentis chez les gens en arrêt de travail. C'est votre cas? Rassurez-vous, vous êtes loin d'être seul à ressentir cela.

Il faut dire que les problèmes de santé mentale sont des sujets délicats et même parfois tabous en milieu de travail. Sans oublier que vous n'avez peut-être pas envie de raconter tous vos problèmes à vos collègues de cubicule.

Femme seule sur un rocher entourée d'eau

KieferPix/Shutterstock

Voilà tout autant de raisons qui peuvent expliquer pourquoi les arrêts de travail sont souvent mal vécus. Mais n'oubliez pas que rester au travail alors qu'on ne va pas bien est la meilleure façon d'aggraver la situation et qu'il n'y a rien de plus important que votre santé!

Et surtout, un arrêt de travail n'est pas un signe de faiblesse, de paresse ni de lâcheté. Au contraire, il faut beaucoup de force et de courage pour admettre qu'on a besoin d'aide et faire ce temps d'arrêt pour se permettre d'aller mieux.

5 conseils pour mieux vivre votre temps d'arrêt

Si vous êtes en arrêt de travail ou pensez en avoir besoin, voici quelques conseils pour vous permettre de maximiser ce temps d'arrêt et vous remettre sur pied.

1. Allez chercher de l'aide

Bureau de psychologue

loreanto/Shutterstock

Selon le diagnostic posé par le médecin, vous devrez peut-être aller consulter un psychologue, un thérapeute ou un psychiatre. Mais si ce n'est pas prescrit, n'hésitez pas à aller chercher de l'aide professionnelle si vous en ressentez le besoin.

Des consultations avec un professionnel vous permettront de faire le point, de diminuer les symptômes qui ont mené à l’arrêt de travail, d'identifier la source des problèmes et de trouver des mécanismes pour les régler ou les atténuer.

D'ailleurs, n'hésitez pas à parler de ce que vous ressentez à vos proches. C'est important qu'ils sachent comment vous vous sentez pour être en mesure de vous aider. Et parler fait du bien!

2. Prenez du temps pour vous reposer

Un arrêt de travail, c'est aussi l'occasion pour se reposer et prendre du temps pour soi.

Profitez-en pour faire des activités qui vous font sentir bien, qu'il s'agisse d'une activité physique ou la pratique d'un sport, de lire un livre, de marcher, de prendre un bain ou regarder un film.

3. Essayez de garder une routine de vie

Femme qui se réveille thé matin

Cookie Studio/Shutterstock

Une fois en arrêt de travail, il peut être facile de perdre la notion des jours, des heures et de chambouler la routine. Dans la mesure du possible, essayez de vous lever à la même heure le matin, de prendre votre douche et de vous habiller pour être prêt à commencer la journée. En gardant de saines habitudes, votre retour au travail et votre convalescence s'en trouveront facilités.

Mais évidemment, vous pouvez tout de même vous accorder une ou deux journées en pyjama de temps en temps. 

4. Sortez de la maison

Il n'y a rien de pire pour le moral que de rester enfermé seul toute la journée. C'est normal de vouloir un peu de temps à l'écart, mais essayez de sortir au moins une fois par jour.

Pas besoin d'aller très loin, il suffit de prendre une marche dans votre quartier, d'aller au parc, de faire des commissions ou simplement de vous asseoir sur votre balcon et prendre un peu d'air frais.

5. Ne vous isolez pas et conservez une vie sociale

Amis solidaires brunch

MAD.vertis/Shutterstock

Encore une fois, s'isoler tout le temps est difficile pour le moral. Essayez de garder un contact avec vos proches et vos amis et continuez d'aller à vos activités habituelles, dans la mesure du possible.