Visite chez le gynéco : 3 choses qui sont dues pour changer

C'est suite à mon rendez-vous chez le gynécologue que j’ai eu envie d’écrire cet article (nous devenons vraiment intimes vous et moi je trouve), parce que je sens que certaines façons de penser et de fonctionner sont désuètes et qu’on mériterait mieux comme traitement.

On s’entend, aller voir son gynéco, même si ça peut être inconfortable ou étrange comme expérience, c’est fondamentalement utile. Pourtant, on est en droit de se poser des questions sur certaines pratiques qui mériteraient d’être mises à jour.
 

1. Ce gynéco… que tu ne connais pas

Le jour de mon rendez-vous, je devais aller dans une autre clinique que celle de ma médecin de famille, puisqu’elle est en congé de maternité… pour plus d'un an. La raison de mon rendez-vous était toute simple : j’avais une question sur ma pilule contraceptive. C’est tout. Simple comme ça. Pourtant, c'est impossible d’avoir des réponses, sauf en rencontrant un gynéco.

Je fus donc obligée de prendre rendez-vous (1 mois et demi d'attente) dans une clinique que je ne connaissais pas, avec un docteur que je n’avais jamais rencontré. Mehhhhh.

C’est une situation poche pour plusieurs raisons. D’abord, je suis persuadée que j’aurais un meilleur suivi et de meilleurs conseils si je pouvais toujours voir la même personne, qui me connait, qui connait mon historique familial, mes préoccupations, etc. Ensuite, je serais 1000 fois plus à l’aise d’être avec quelqu’un que j’ai déjà rencontré au moins une fois.

 

2. Les questions et jugements « passés date »

L’année dernière, j’ai eu une bronchite infinie et j’ai dû me rendre dans une clinique non loin de mon bureau (encore une fois, impossible de voir mon médecin de famille). Après m’avoir demandé si je prenais des médicaments, la médecin m’a dit : « Aucun? Pas même la pilule contraceptive? ». Je lui ai dit que oui (je n’y avais pas pensé; je la prends depuis longtemps alors je ne la vois plus comme un médicament).

Vous auriez dû voir son regard plein de jugement. Et son commentaire émis à mi-voix, avec un bon haussement de sourcils : « Bien sûr que tu prends la pilule ». Pardon? De quel droit oses-tu juger ma décision?

Pourquoi en 2017, dans le cabinet d’un professionnel de la santé, je devrais accepter de faire face à ces jugements de valeur vieux jeu et insensibles?

Ah, et j’ai le « privilège » d’être une fille hétérosexuelle. Pour les homosexuels, les trans, les personnes asexuées, les consultations sont souvent bien pires. Les gynécologues ne sont pas tous conscients des enjeux liés à une identité et/ou à une orientation sexuelle à laquelle ils ne sont pas habitués.

Par exemple, un rapport de Statistiques Canada de 2008 explique que : « les lesbiennes sont moins susceptibles d’avoir un médecin de famille et, évidemment, sont proportionnellement moins nombreuses à utiliser les services d’un médecin de famille et à obtenir un test Pap ». Un test Pap, tsé, c’est comme la base. D'ailleurs, si tu n’es pas familière avec ce qu’est un test Pap, voici un peu de lecture utile

Il existe même un site Web né de ce besoin de se savoir respectée et en sécurité lors d’une consultation gynécologique : Gynéco Positive. Vous pourrez y trouver une liste des praticiens recommandés par la communauté. Une bonne piste à explorer!

 

3. Au-delà de l’appareil reproducteur

Le rôle d’un gynéco, ce n’est pas seulement de vous faire passer des tests. C’est aussi de répondre à vos questions. Alors quand ma nouvelle et temporaire gynécologue (voir le point 1) m’a dit que la pilule contraceptive que je prennais depuis des années nuit à la libido de plusieurs femmes, j’étais sous le choc. Pourquoi personne n’avait jamais pris le temps de me parler de ça, histoire que je puisse prendre une décision éclairée par rapport à mon corps? Des fois, je me demande s’ils attribuent les pilules au hasard!

J’aurais aimé en savoir davantage et lui poser des questions, mais voilà, dans cette clinique, ils bookent des rendez-vous aux 10 minutes. Alors après avoir à peine eu le temps de remettre mes souliers, je devais quitter pour céder ma place à l’autre pauvre fille dont le 10 minutes était également compté... Après avoir attendu 40 minutes dans la salle d’attente parce que évidemment, 10 minutes par personne, ce n’est pas suffisant!

Et vous, que pensez-vous de vos visites chez le gynéco? Le service devrait-il être amélioré?


10 mythes répandus sur le vagin ENFIN démystifiés article teaser

 

Commentaires

Recettes

Découvrez fraichementpresse.ca