Les signes irréfutables d'une relation toxique et comment s'en sortir

Avez-vous déjà entretenu une relation toxique? Pensez-y-bien. Que ce soit avec un(e) ami(e), un membre de votre famille ou un(e) collègue, tout le monde a déjà fait face à ce type de relation nocive.

Bien sûr, on ne voit pas tous les choses de la même manière, dû à notre personnalité et à notre vécu, ce qui complique légèrement le processus de prise de conscience.

Bien que l’origine de ce type de situation puisse être liée à des problèmes psychologiques, pouvant différer d’une personne à une autre, la logique derrière le problème relationnel reste la même.

Une relation toxique, c'est quoi exactement?

Une relation toxique est un rapport dysfonctionnel, qui peut s’étendre de plusieurs mois à plusieurs années, entre deux individus. Cette relation peut être amoureuse, amicale ou professionnelle, et n’est généralement pas basée sur un respect mutuel ni une communication saine.

Malgré les différends, les deux personnes continuent de se côtoyer tout de même, sans travailler proprement dit sur la situation, ce qui contribue à la détérioration de la relation.

Une relation toxique ne repose pas seulement sur une seule personne, mais bien sur la fusion de l'ensemble des personnes qui composent la relation. Il y a donc généralement la personne qui agit et la personne qui subit sans rien dire.

Comment peut-on reconnaître une relation toxique?

Plusieurs signes peuvent aider à identifier une relation toxique, mais attention! Il y a une différence entre une personne toxique et une personne simplement désagréable, exigeante ou négative.

Il faut certainement s’éloigner de ces deux types de personnes, mais l’urgence vis-à-vis une personne toxique est beaucoup plus présente.

Sans vouloir stéréotyper les personnes qui agissent de manière toxique, voici quelques caractéristiques qui ressortent couramment :

  • Elles sont manipulatrices.

Par la manipulation, ces personnes dégagent une attitude que tout leur est dû. Elles ont aussi la fâcheuse manière de profiter des gens pour accéder à ce qu’elles désirent.

  • Elles ont de la difficulté à donner sans recevoir.

Si elles donnent, il y a certainement un motif caché. D’ailleurs, dans ces situations, avoir du crédit pour leur contribution est un élément très valorisant pour elles.

  • Elles ont toujours raison.

Peu importe le conflit, elles trouveront une manière de tourner la situation à leur avantage, même si leur approche ne fait aucun sens. Elles se trouvent très crédibles dans leur non-sens.

  • Elles jouent souvent à la victime.

Elles font tout pour avoir l’air oppressées, même si dans la situation, elles ne le sont clairement pas. Par des excuses, des rationalisations et des reproches, elles veulent prouver qu’elles ont raison.

  • Elles sont égocentriques.

Elles pensent à leur satisfaction avant celle des autres et ce, sans remords. La manipulation est d’ailleurs une technique pour parvenir à leurs fins.

  • Elles ne sont pas empathiques.

Le manque d’empathie : la cause de plusieurs conflits. Se mettre à la place de l’autre est essentiel dans une relation pour se sentir écouté et compris, chose que les personnes toxiques ne maîtrisent pas.

  • Elles exagèrent.

Les termes « toujours » et « jamais » font partie intégrante de leur vocabulaire. En situation de conflits, vaut mieux ne pas argumenter avec ce genre de personnes, c’est peine perdue.

C’est le portrait général. Évidemment, la gravité de la situation dictera certainement s’il est urgent ou non d’agir rapidement et abruptement.

Comment agir face à la relation toxique?

La meilleure solution est de couper les ponts ou du moins, se distancer progressivement de cette personne qui a un impact négatif sur votre humeur, votre confiance et votre vie en général.

Il est parfois bon de se rappeler que seuls nous avons un réel pouvoir sur notre vie et qu’il y a certaines choses qui franchissent la limite du respectable.

Sources : Exploring Your Mind / Hey Sigmund / Huffington Post / The Art of Charm


Vous aimerez aussi:

S'arrêter, prendre du temps pour
soi et revenir à l'essentiel
À 26 ans, j'accepte enfin que
je suis une personne anxieuse
La lettre que j’aurais aimé pouvoir
lire lorsque j'étais adolescente
Liane anxiété