Peut-on réellement se fier aux produits de beauté dits « naturels »?

On a souvent l’impression que les produits « naturels » sont meilleurs pour nous que les autres. Que ce soit pour la nourriture ou les produits de beauté, nous faisons certainement beaucoup plus attention qu’avant à tout ce qui a trait à notre corps et notre santé!

Selon le site Web She Knows, les gens sont 63% plus conscientisés qu’il y a 5 ans à la présence d’ingrédients naturels dans les cosmétiques et les produits d’hygiène personnelle.

Mais voilà, dans ce domaine comme dans tout, il y a beaucoup de marketing et d’informations nébuleuses. On peut donc se demander si on peut vraiment se fier aux produits de beauté « naturels ». 

Voici comment s’y retrouver pour être une consommatrice plus avisée. 

Ne pas se fier à la seule présence du mot « naturel »


C’est la première règle : dans l’industrie des cosmétiques comme dans l’alimentation, le mot « naturel » n’est pas du tout règlementé.

Ce qui veut dire qu’à peu près n’importe quel produit peut se prétendre naturel, simplement sur la base qu’il contient un ingrédient provenant de la nature, de près ou parfois de très loin!

Un exemple : un masque aux fruits, mais qui ne contient que de l’arôme artificiel de ce fruit.

Même chose pour les termes du même genre : botanique, vert, etc.

Un autre point à considérer : naturel ne veut pas nécessairement dire que c’est meilleur pour nous. L’arsenic, par exemple, est un produit tout à fait naturel. Les produits chimiques ne sont pas non plus tout le temps nos ennemis.
 

Lire les ingrédients


Comme il faut le faire pour les aliments qu’on achète, il est important de lire attentivement les étiquettes sur les cosmétiques.

Ça peut sembler intimidant au début, mais on finit par décoder quels produits sont vraiment naturels vs ceux qui utilisent peut-être cette mention de manière discutable.

Quel est notre feeling quand on parcourt la liste? Est-ce que ça semble vraiment naturel, à cause de la présence d’ingrédients botaniques (extraits de ci, huiles essentielles de ça, beaucoup de noms de plantes), ou est-ce que c’est plutôt légèrement douteux, par exemple parce que c’est rempli d’essences et de parfums artificiels?

Voici certains ingrédients à rechercher sur les étiquettes, qui ne sont pas du tout naturels et qu’il vaut mieux éviter (selon la Fondation David Suzuki) :

  • Les parabènes (ceux-ci existent sous plusieurs formes : méthylparabène, propylparabène…)
  • Les phthalates
  • Le BHA et le BHT (des agents de conservation)
  • Les agents de conservation qui libèrent du formaldéhyde (DMDM, imidazolidinylurée, méthénamine et quarternium-15).
  • Les ingrédients qui contiennent du DEA et ses dérivés
  • Les ingrédients à base de PEG, comme le propylène glycol et le polyéthylène glycol
  • Les dérivés de siloxane et de méthicone
  • Les sulfates, comme le sodium lauryl sulfate et le sodium laureth sulfate
  • Le triclosan
  • La mention « parfum » ou « fragrance » veut toujours dire parfum artificiel. On peut parfois trouver ces fragrances même dans des produits dits « non-parfumé ».

 

300 produits certifiés sur le marché


Même s’il n’existe pas de standard absolu, il y a un organisme américain appelé NPA (Natural Products Association) qui certifie certains produits cosmétiques.

Les produits qui affichent la mention « Natural Products Seal » contiennent au moins 95% d’ingrédients naturels (soit d’origine végétale, soit d’origine animale (comme de la cire d’abeille), soit d’origine minérale) de source renouvelable et ne comprennent aucun dérivé du pétrole.

C’est une certification volontaire, donc seulement un petit nombre de compagnies y souscrivent, par exemple Burt’s Bees et Yes to Carrots.

Environ 300 produits ont été certifiés jusqu’à présent.
 

Une immense base de données


LA ressource en la matière, si on peut lire l’anglais, ça reste la base de données Skin Deep de l’organisme scientifique sans but lucratif Environmental Working Group. On y entre le nom d’un produit (il y en a plus de 60 000 qui ont été analysés en laboratoire) pour accéder à sa fiche de toxicité et de sécurité.

On peut y lire des détails sur les ingrédients et les risques potentiels, avec une côte allant de 1 à 10. Plus la côte est basse, plus le produit est naturel et sans danger.

C’est une ressource à mettre dans ses favoris absolument et à consulter avant d’acheter un nouveau cosmétique, ou pour dissiper ses doutes sur des produits se disant naturels. Il existe également une application, avec le balayage de code barre.


Apprenez comment faire votre propre poudre pour le visage :

Pot de verre avec de la poudre dedans, à côté d'un pinceau à maquillage

Crédit photo: Marie-Ève Laforte

Commentaires