Cheveux pastel : Le jour où j’ai eu envie de devenir une licorne sans faire appel à un professionnel

Ce n’est rien de nouveau : les teintes pastel nous font de l'oeil depuis quelques années.

Fantaisistes et douces, ces couleurs qui semblent tout droit sorties du rayon des décorations de Pâques à la pharmacie en ont charmé plus d’un, ces derniers mois : de Justin Bieber à Laurie Doucet, en passant par… moi-même.

 

Une photo publiée par Vanessa Pilon (@vanpailong) le

 

 

Une photo publiée par Justin Bieber (@justinbieber) le

 

 

Une photo publiée par Laurie Doucet (@lauriedou7) le


Aux téméraires aux cheveux relativement pâles qui souhaitent aussi s’aventurer en ces contrées chromatiques, peuplées de licornes, de sirènes et de pouliches arc-en-ciel, je vous partage donc mes découvertes… et mes erreurs.

Pendant mon congé des Fêtes, en faisant le ménage de ma collection démesurée de produits capillaires (j’avais 6 différentes sortes de sérum. SIX. #firstworldproblems), j’ai retrouvé des craies liquides que j’avais achetées il y a deux ans, m’imaginant me transformer, pour quelques jours, en déesse pastel.

J’avais finalement mis le projet sur la glace, remettant en question mon potentiel en tant que coloriste improvisée. Mais, galvanisée par la magie de Noël et/ou sous l’effet de mon troisième café Bailey’s, je me suis finalement déniaisée : j’ai fermé les yeux et j'ai sélectionné une couleur au hasard (le hasard, c’est un peu le BFF des gens qui sont incapables de prendre une décision, comme moi).

Hé bien, le hasard se sentait gutsé ce jour-là, parce qu’il a choisi le VERT. Hépelaïe.

 

La craie

J’ai donc entamé mon aventure avec la craie liquide de L’Oréal, qui s’achète en salon pour environ 25$.

On nous promet une couleur vibrante, qui dure entre 2 et 10 lavages, selon l’état de nos cheveux. C’est un peu « lousse » comme promesse, mais c’est une habile façon de se déresponsabiliser des résultats. Bien joué, L’Oréal.

coloration craie liquide L'Oréal

Crédit photo: glamourparis.com

La craie couvre même les cheveux plus foncés, ce qui en fait une option intéressante pour celles qui n’osent pas décolorer leurs cheveux. 

La craie s’applique au pinceau ou, pour les paresseuses pas équipées comme moi, avec des gants. Si vous avez une éponge à maquillage style beauty blender, paraîtrait que ça fonctionne comme un charme.

Une fois la craie sèche, la couleur est fixée. Il faut donc brosser nos cheveux, ce qui équivaut sur l’échelle du plaisir à de la torture médiévale, je dirais. La texture des cheveux, à l’issue du processus, équivaut sur l’échelle du soyeux à la laine d’acier en fin de vie, je dirais. Heureusement, tout ça se rétablit au premier lavage.

Autre phénomène observé au premier lavage : la couleur pâlit à environ 40%. Pour moi qui désirais un turquoise, plutôt qu’un vert gazon, c’était donc souhaitable de voir les pigments se sauver dans le drain de ma douche.

Pendant environ une semaine et demie, j’ai donc eu une couleur pastel-funky, qui a fini par virer en un un genre de reflet louche et terriblement tenace.

 

Une photo publiée par Vanessa Pilon (@vanpailong) le


Verdict

La craie liquide, c’est une bonne option si vous désirez de la couleur sur quelques mèches ou uniquement les pointes, mais vraiment pas l’idéal pour une tête au complet.

Une bouteille m’a permis de couvrir toute ma chevelure (j’avais les cheveux au-dessus des épaules). La teinte est demeurée intéressante pour deux lavages, puis elle s’est transformée en une nuance floue et vraiment trop tenace. Pas mal le pire des deux mondes, genre.

 

Une photo publiée par Vanessa Pilon (@vanpailong) le

 

Coloration semi-permanente

Après avoir fait le tour de mes trois bouteilles de craies liquides, j’étais prête à passer au niveau supérieur : la coloration-semi permanente.

Un peu effrayée par l’appellation « semi-permanente » et par la couleur du produit dans le tube, j’ai donc pris la sage décision de faire un mélange moitié-moitié avec du revitalisant.

J’ai laissé la coloration dans mes cheveux pour une bonne demi-heure : après rinçage, séchage et petite anxiété, je me suis retrouvée avec exactement la teinte que je souhaitais, soit un mauve pastel.

 

Une photo publiée par Vanessa Pilon (@vanpailong) le


Miracle, coup de chance ou résultat d’une prodige de la coloration maison? Je ne sais pas, mais ce que je sais, c’est que cette recette a fonctionné à merveille et m’a valu plusieurs compliments de mon entourage. Même ma grand-mère m’a téléphonée après m’avoir vue à la télévision pour me dire qu’elle trouvait ma nouvelle couleur  « sharp à l’os » (je la soupçonne de regarder des Watatatow en reprise).

La couleur est restée en place pour quelques shampoings, le temps de ma lune de miel avec le pastel.

C’est pas mal la seule formule maison que je recommanderais.

 

Une photo publiée par Vanessa Pilon (@vanpailong) le

 

Feria pastel

Bien que je n’aie pas personnellement testé le produit, les quelques témoignages d’amies qui l’ont essayé me permettent d’affirmer ceci : à moins d’avoir envie de ressembler à Grosse Douceur, restez loin de ce type de coloration.

Grosse douceur mauve pastel

Crédit photo: fortune.com

 

Conclusions de mon expérience maison

1. Il existe un étrange phénomène social :  le vert, le turquoise et le bleu provoquent beaucoup de réactions chez les gens, alors que le rose et le lilas semblent être socialement acceptées. Même ma grand-mère et ma mère ont approuvé le lilas. Ça doit être parce que Justin Bieber a pavé la voie. #grandmabelieber

2. C’est vraiment important de penser à ta couleur de base et aux nuances qu’elle va entraîner. Pour avoir une teinte pastel réussie, c’est plutôt inévitable de décolorer ses cheveux… Et par conséquent, de vivre avec une tignasse en phase terminale pour les prochains mois. On ne fait pas d’omelettes sans casser d’oeufs, comme dirait ma grand-mère (ce billet aurait dû s’intituler « Les choses que dit ma grand-mère »).

3. La coloration, ce n’est pas comme une recette de muffins aux zucchinis facile et rapide : ça demande une expertise, chaque cheveu est différent. Organise une date à ton cheveu et laisse-le entre les mains d’un coloriste expérimenté. C’est sa job.

 

Et vous gentes dames qui avez tenté l’expérience de la coloration pastel à la maison : avez-vous des trucs pour la réussir à tout coup?

 

P.S. : Toutes ces expérimentations capillaires, je les ai faites en ayant en tête que, à la fin du mois d’avril, j’allais participer au Défi Têtes Rasées de Leucan. Ma campagne de financement bat son plein. Ça serait vraiment smatt de m’encourager!

Commentaires

Recettes

Découvrez fraichementpresse.ca