Solitude d'automne : quand tu commences à être blasée du célibat...

Septembre est là et alors qu’on commence à siroter nos premiers pumpkin spice lattes, les idylles d’été sont terminées. La fraîcheur nous retourne à nos petites laines et près des feux de foyer. Une douillette plus chaude s’ajoutera à ma literie et je mettrai à jour ma liste de séries à écouter.

En ce moment, la pluie tombe doucement et ma chandelle au parfum d’automne préférée brûle lentement. Mes amis ont quitté un peu plus tôt, me laissant seule avec ma coupe de vin et ma musique de fond.


J’suis souvent seule, et je me suis « entrainée » à apprécier la solitude. Cette chose qui se colle à moi dans mon lit queen, ce sentiment avec lequel je partage les repas à table et les cafés du matin. Cette relation que j’entretiens sainement depuis un peu plus de 4 ans. Cette situation qui me va, puisque j'ai certains standards en matière de relations amoureuses... ou parce que j'imagine que j'suis pas si chanceuse que ça.

Cette année, on dirait que je crains un peu l'automne. Bien qu'elle soit ma saison favorite (les odeurs, les courges, les couleurs!), cette fois, j'ai peur de me lasser de cet état de calme plat. J'ai peur de perdre patience.

J'ai pas nécessairement besoin de me caser et de fonder une famille pour être heureuse. Du moins, pas pour le moment et je ne ressens aucune pression sur ce statut-là. Cependant, on dirait qu'après avoir été seule pendant 4 ans, je me dis que j'ai fait le tour. Moi et moi-même, on s'connait assez. Tellement qu'on commence à se tapper sur les nerfs.


Faut pas croire que c'est parce que j'ai eu un été plus difficile que je cherche quelqu'un pour combler un vide. Absolument pas. On ne dramatisera pas à ce point là! Je pense simplement que j'en suis à réaliser que même les personnes les plus indépendantes ont le droit de s'avouer blasées du célibat et de tout ce qui vient avec. Les conversations sans but, les gens qu'on ne recroisera jamais, la game des médias sociaux (like pis je like back)... Au final, ça devient d'un ennui mortel.

J'ai beau en avoir marre de ce statut relationel, j'peux pas payer ou forcer quelqu'un à me cotoyer (le rêve!). Cependant, j'ai décidé que j'enverrais des signaux à l'univers et que je baisserais mes barrières de fille à la carapace impénétrable.

Citation I Think you Should Go For It

J'ai décidé que j'allais avoir moins peur de dire comment je me sens, ou de m'ouvrir quand quelqu'un me plait. Après tout, on n'est plus en 3e année, lorsqu'il fallait que personne ne sache à propos de mon kick sur Kevin (même si à l'époque on est sortis ensemble fullllll longtemps; je te salue Kevin si tu vois ceci).

Plus d'actions entrainera peut-être plus de réactions, qui sait? Seul l'automne me le dira...


Toutes mes amies sont en couple et moi, je suis sur Tinder article teaser

 

Commentaires

Recettes

Découvrez fraichementpresse.ca