Voici le RompHim : le premier one-piece pour hommes!

Depuis l’année dernière, les combinaisons une-pièce sont vraiment populaires, et on les verra encore partout cet été!

En anglais, on appelle les combinaisons courtes (avec des shorts) « romper ». Un mot qui, jusqu’à tout récemment d’ailleurs, s’appliquait uniquement à des vêtements pour bébé, fille ou femme.


Et bien maintenant messieurs, ce ne sont pas uniquement les enfants et les femmes qui peuvent en porter!  Voici le RompHim!

Son nom le dit bien : il s'agit d'une combinaison-short/chemise à manches courtes, mais pour les hommes.

 

A post shared by Original RompHim (@originalromphim) on


Son signe distinctif : il y a une fermeture éclair en avant. Parce que les gars ont compris tout de suite le seul désavantage de porter une combinaison quand on est une fille, soit devoir l’enlever au complet pour aller à la salle de bain!

 

A post shared by Original RompHim (@originalromphim) on


La compagnie qui les fabrique, ACED Design, mène présentement une campagne de socio-financement sur Kickstarter pour commercialiser son produit. Leur but était d’amasser 10 000 $, mais ils sont présentement rendus à près de 160 000 $!

Selon l’entreprise, le RompHim est pour « n’importe quel gars qui a envie de s’exprimer en s’habillant ». Bref, pour ceux qui veulent faire un statement!

 

 


Malgré le succès de la campagne, plusieurs personnes sur les réseaux sociaux se sont moquées de ce vêtement, disons-le, assez inhabituel. Surtout lorsqu’il est complétement déboutonné. 😂

 

A post shared by Original RompHim (@originalromphim) on

 

 

Alors les gars, seriez-vous game de porter ça? Et qu’en pensez-vous les filles?

 

Note de la rédaction : Après la publication de cet article, nous avons été contactées par une entreprise française qui vend un vêtement similaire, le Calchemise, depuis quelques années déjà. Le Romphim ne serait donc pas tout à fait le premier du genre! Par contre, le Calchemise se porte sous un pantalon, et non pas comme short, et a des manches longues.

Commentaires