Pourquoi il est important de célébrer le mois de l'histoire des Noirs

Il y a quelques semaines, je regardais le film Avengers : Infinity War pour une énième fois avec mon fils de 8 ans. Lorsque, durant la deuxième moitié du film, les superhéros arrivent à Wakanda, pays mythique où réside la Panthère Noire, mon fils m'a dit une parole si simple, mais en même temps si profonde. Il m'a dit : « Ah maman, j'aime tellement Black Panther. Est-ce que tu sais pourquoi je l'aime autant? », « Non, mon amour, pourquoi? » je lui réponds, « Parce qu'il me ressemble! ».

Pour moi, c'est aussi pour ça qu'il est encore important de souligner en ce mois de février, le mois de l'histoire des Noirs.

Je parle souvent de l'importance d'avoir une représentativité diverse et ce, dans tous les domaines qui ont une influence sur notre quotidien et nos choix de vie. Ce que j'ai compris avec les années, et à travers les discussions que j'ai eues avec des personnes de différentes communautés culturelles, c'est que le fait de souligner le mois de l'histoire des Noirs bénéficie à tous et chacun d'entre nous.

Mois de l'histoire des Noirs

brooklynbridgerealty.com

Apprendre et transmettre

Comment est-ce possible vous me direz? J'ai compris que c'est en faisant moi-même des recherches sur les vrais héros de ma communauté que j'ai pu apprendre et transmettre cette richesse. Et mon désir de faire connaître ma propre histoire m'a donné envie d'en connaître plus sur les gens qui m'entourent.

Le mois de l'histoire des Noirs, c'est d'expliquer qui est Viola Desmond et pour quelles raisons elle se retrouve maintenant sur nos billets de 10$. C'est de faire découvrir que Alexandre Dumas, auteur des Trois mousquetaires et du Conte de Montecristo, était antillais. C'est de partager le fait que Stan Lee, créateur des X-Men de Marvel, s'est inspiré des acteurs importants dans l'avancement des droits civils, Martin Luther King (Professeur X) et Malcom X (Magneto).

Ce que je découvre en partageant ces belles connaissances, c'est non seulement toute la surprise que ces informations provoquent, mais plus important encore, c'est que tous ont leur propre histoire à raconter. Tous ont une fierté de faire connaître ce qu'il a d'extraordinaire par rapport à leur propre identité culturelle et ethnique.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Pascale Lavache (@curvypascale) le

Avoir le privilège de vivre dans la grande région de Montréal implique le fait de côtoyer des gens ayant un parcours et un bagage différent. Le fait de célébrer nos différences nous ouvre aussi les yeux sur nos ressemblances, ce qui fait avancer l'inclusion dans son ensemble. De cette façon, nous devenons des alliés dans l'égalité de tous.
 


Vous aimerez aussi:

Pourquoi je me dois de dénoncer l’appropriation culturelle Le mouvement d'acceptation
des cheveux chez la femme noire
Diversité culturelle au Québec, vraiment?
Pascale appropriation culturelle 750