Quand ta définition du bonheur se transforme...

J’aime les mûres fraîches, j’aime surtout quand elles sont en spécial à 2 pour 4$.

J’aime beaucoup mes amies et les fous rires que j’ai avec elles. Le genre de rire qui te fait pleurer, qui te donne des crampes à face.

J’ai un faible pour les vêtements noirs.

J’adore les petits chiens, surtout les corgis.

J’aime beaucoup les sushis. En manger chaque jour, ça pourrait sans doute constituer une diète saine à mes yeux.

J’aime voir les gens heureux ensemble, ça évoque un sentiment l’fun en moi.

J’aime les jours de pluie, mais juste quand je dois rester en dedans. Sinon, ça mouille ma personne pis ça m’fâche.

J’aime être seule dans une pièce et écouter de la musique. Ça me permet de chanter à voix haute ou même de danser, sans que personne ne me voit.

Il fut un temps où je savais exactement ce qui me rendais heureuse. Pile poil. Je pouvais te nommer 3-4 affaires sans trop y penser et j’étais convaincue de mes réponses. À l’aube de mes 25 ans, j’ai besoin de penser un peu à ce qui me rend vraiment heureuse.

Alarmez-vous pas : j’suis pas malheureuse. J’ai juste filtré mon propre bonheur avec une passoire. Je me concentre à aimer les vraies petites choses. J’préfère des conversations vraies que des trucs de surface. J'aime prendre le temps de parler des choses qu'on ne dit généralement pas.

La seule affaire, c’est que des fois, les petites choses de la vie ne suffisent pas.

Citation enjoy the little things

daughterziondesigns.com

Ces derniers temps, j’pousse fort. Je vis des choses pas trop faciles et pas nécessaires d'être étalées sur la place publique. J’essaie de garder la tête hors de l’eau et j’essaie fort de voir le positif à travers tout ça.

J’ai décidé que j’avais le droit de m’arrêter un peu, de prendre du recul face à tout. J’pense sincèrement que tout le monde a droit à un break quand on se sent comme ça.

J’me regarde dans le miroir pis j’suis blême. Les doux jours d’été me manquent, les journées passées au lac aussi. J’ai besoin de partir un brin et je compte le faire. Déjà, j’ai demandé des suggestions à des amis pour me pousser au fond des bois dans un chalet. Sinon, Toronto reste toujours une option plaisante.

Vue fenêtre avion

bit.ly

J’ai découvert que je m’étais un peu égarée de mon sentier habituel. Je limite les conversations inutiles ces temps-ci. J’trouve que j’ai pas besoin de me faire demander comment ça va, par des personnes qui n’en ont pas vraiment soucis.

Aussi, j’ai commencé à laisser souvent mon téléphone de côté quand j’vais souper avec mes amies. J’ai eu droit à un reality check de ma meilleure amie et elle avait raison. J’ai besoin d’être présente pour les choses qui comptent vraiment. J’vous le dis, y me reste juste à m’exiler quelques jours pour reprendre une bonne dose d’énergie. Quel bon sentiment!

Quand vous sentez que vous avez besoin d’un peu de temps pour vous, faites-le. C’est toujours bien mieux d’agir sur le moment, quitte à prendre des décisions sur un coup de tête plutôt que de regretter de n’avoir rien fait.

J'avais mentionné que 2017 serait une année où je penserais à moi, et je compte respecter ma parole.

Et vous, qu'avez-vous envie de faire pour VOUS? 

 

Commentaires

Recettes

Découvrez fraichementpresse.ca