L'appropriation culturelle et la mode: ces tendances qu'on emprunte et qui offensent...

Les tendances dans la mode, la beauté, les accessoires, les coiffures et le maquillage se répandent très rapidement et le plus souvent, c’est tant mieux. Il y a tant d’inspiration et de looks stylés sur lesquels on peut s’appuyer!

Mais c’est très important d’y penser à deux fois avant de se les approprier et surtout, de faire attention lorsqu’on emprunte des tendances aux autres cultures.

Il s’agit d’un sujet délicat : porter un accessoire trendy peut en fait devenir une offense pour une personne originaire de cette culture.

En tant qu’occidentales et nord-américaines, on ne connait pas toujours toutes les implications derrière un certain style ou un accessoire mode, son origine, ce que celui-ci signifie réellement…

Porter une tendance empruntée à une autre culture de manière réfléchie et non sur un coup de tête ou par excès de « victimisation de la mode » peut éviter de tomber dans l’irrespect involontaire.


C’est ainsi que l’on décrit l’appropriation culturelle : l’adoption d’éléments d’une culture par des membres d’une autre culture, d’une manière qui opprime la culture d’origine en dévaluant son identité.

Pourquoi est-ce offensant? Parce que c’est fait de la manière dont la colonisation fonctionnait : une personne s’approprie certains codes d’une culture, mais sans avoir à subir l’oppression, les difficultés, les préjugés ou le racisme dont cette culture est victime.

Pour les personnes dont la culture est appropriée, il en résulte une perte de signification et d’unicité.

 

A photo posted by Caitlynn (@better0ffhigh) on


Confession honteuse : quand j’avais 19 ans, je me suis déguisée en Diana Ross pour un party d’Halloween, avec l’afro et tout. J’adorais son aplomb, son style et son glam intense, et je n’y voyais aucune offense. Je le faisais vraiment comme un hommage.

Mais sachant ce que je sais aujourd’hui, je suis complètement mortifiée d’avoir fait ça et je tiens à m’en excuser!

 

Voici quelques exemples d’appropriation culturelle auxquels il vaut mieux se sensibiliser :

Les coiffes amérindiennes

 

A photo posted by KAYSO INC (@kayso.inc) on

 

 

A photo posted by @same.gurl.same_ on


Dernièrement, on a vu beaucoup de filles (et de gars aussi) porter des coiffes amérindiennes, par exemple dans les festivals de musique comme Coachella.

Ça peut être très offensant pour les peuples amérindiens, puisqu’il s’agit d’un élément sacré associé à tout un rituel particulier et qu’on ne peut tout simplement pas porter sans l'avoir au préalable mérité. À oublier carrément!

C’est un peu la même chose pour un costume de Pocahontas sexy pour l’Halloween...

 

Le henné


Oui, c’est très beau... Mais c’est une tradition qui provient de cultures spécifiques (Inde, Asie du Sud-Est, péninsule arabique et certaines parties de l’Afrique).

Selon ces cultures, cette forme d'art corporel est l’objet de tout un rituel traditionnel et est souvent réalisée dans des circonstances spéciales, comme par exemple pour un mariage. Le henné n’est pas nécessairement fait pour être porté en toutes occasions.

 

Le bindi

 


Le bindi indien n’est pas un accessoire de mode ou un élément esthétique pour les hindous.

Ce petit point entre les deux sourcils a une signification religieuse profonde, liée à l’amour, à la prospérité et même au sens de la vie. Il sert également à différencier les 4 castes du monde hindou.

Ce ne sont pas toutes les personnes d'origine indienne qui vont s'en offenser, mais si on l'utilise pour « jouer au stéréotype d'une femme indienne », il vaut mieux reconsidérer.

 

Les tresses « de boxeuse »

 

 

A photo posted by UpmarketAilenka (@universeailenka) on


Elles sont super tendance en ce moment… Mais également très controversées. C’est très récemment que les femmes blanches ont commencé à les porter, comme s’il s’agissait d’une nouvelle mode.

Toutefois, c’est en fait une coiffure typique des afro-américaines portée depuis des centaines d’années, appelées « cornrows » en anglais (pour faire référence aux rangées dans les champs de maïs).

L’offense dans ce cas n’est pas vraiment dans la copie de ce style ancien, qui est très joli et qui fait bien à presque tout le monde, mais plutôt dans le manque de reconnaissance de sa véritable origine.

 

La « Geisha »


S’inspirer des Geishas pour s’habiller ou se maquiller, c’est bien correct. Mais avoir l’air d’une caricature, ça l’est beaucoup moins. Il faut dire que Katy est plutôt bonne là-dedans...

Les baguettes dans le chignon aussi, c'est assez discutable.

 

En bref…

 

A photo posted by Miguel Andrade (@miggy_rox) on


Il existe beaucoup d’autres exemples d'appropriations culturelles offensantes… Et il faut dire que ce ne sont pas uniquement les Blancs qui reproduisent ces comportements (que ce soit de manière complètement innocente ou un peu plus intentionnelle).

Il s’agit d’un terrain très glissant et la recherche pour écrire cet article en témoigne : il y a énormément d’incompréhension, d’interprétations erronées et d’insultes très virulentes sur les médias sociaux lorsqu’on aborde le sujet.

La ligne est souvent mince entre l’inspiration (ou même une volonté d’honorer une certaine culture) et l'appropriation offensante.

Ça ne veut pas dire d’éviter systématiquement l’ensemble de ces pratiques d’appropriation culturelle, mais simplement de se comporter de manière respectueuse et avertie. #grosbonsens #respect

Pour terminer, voici un excellent exemple d’appréciation, plutôt que d’appropriation culturelle (en anglais).

Commentaires

Recettes

Découvrez fraichementpresse.ca